Ici & Là

01 Société 02 Histoire 03 Science 04 Science fiction 05 SPIP 06 NTIC 07 Sondages 08 Divers
La meilleure façon de réaliser ses rêves est de se réveiller (Paul Valéry)

Accueil > SPIP > Plugin Jeux > Exercice à trous avec le plugin Jeux de SPIP, Thème : 5 fables célèbres de (...)

Exercice à trous avec le plugin Jeux de SPIP, Thème : 5 fables célèbres de Jean de la Fontaine

mercredi 27 avril 2016, par François Daniel Giezendanner

Notez cet article
0 vote

 Préambule

Les exercices à trous suivants sont tirés de l’article :

Ces exercice à trous sont présentés ici à titre d’exemple d’utilisation du plugin « Des jeux dans vos articles ! » pour illustrer sa simplicité et sa facilité de création. Il est ici appliqué à 5 fables célèbres de Jean de la Fontaine mais s’applique aussi bien à des thèmes divers et variés de toutes disciplines.

Vous pouvez associer aux exercices à trous dans un article tous les éléments textes, images, séquences audio et vidéo, animations, schémas heuristiques, etc. que vous souhaitez.


 1) Le Corbeau et le Renard (exercice à trous)

Trouvez les mots manquants dans la Fable de Jean de la Fontaine : Le Corbeau et le Renard :

Maître Corbeau, sur un perché,
Tenait en son bec un .
Maître Renard, par l’odeur ,
Lui à peu près ce langage :
"Eh, , Monsieur du Corbeau,
Que vous êtes , que vous me semblez  !
Sans mentir, si votre se rapporte à votre ,
Vous êtes le Phénix des de ces bois."
A ces mots, le corbeau ne plus de joie.
Et pour sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa .
Le Renard s’, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout
Vit aux de celui qui l’.
Cette vaut bien un fromage sans .
Le Corbeau et confus
, mais un peu tard, qu’on ne l’y plus.

Indices
en saisit - joli - dépens - Jura - flatteur - prendrait - arbre - hôtes - honteux - doute - proie - tint - alléché - écoute - se sent - ramage - fromage - beau - montrer - plumage - leçon - bonjour

Cliquer ici pour afficher le code de cet Exercice à trous

[texte]
Trouvez les mots manquants dans la Fable de Jean de la Fontaine : Le Corbeau et le Renard :

Maître Corbeau, sur un [trou]arbre[texte] perché,
Tenait en son bec un [trou]fromage[texte].
Maître Renard, par l’odeur [trou]alléché[texte],
Lui [trou]tint[texte] à peu près ce langage :
"Eh, [trou]bonjour[texte], Monsieur du Corbeau,
Que vous êtes [trou]joli[texte], que vous me semblez [trou]beau[texte] !
Sans mentir, si votre [trou]ramage[texte] se rapporte à votre [trou]plumage[texte],
Vous êtes le Phénix des [trou]hôtes[texte] de ces bois."
A ces mots, le corbeau ne [trou]se+sent[texte] plus de joie.
Et pour [trou]montrer[texte] sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa [trou]proie[texte].
Le Renard s’[trou]en+saisit[texte], et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout [trou]flatteur[texte]
Vit aux [trou]dépens[texte] de celui qui l’[trou]écoute[texte].
Cette [trou]leçon[texte] vaut bien un fromage sans [trou]doute[texte].
Le Corbeau [trou]honteux[texte] et confus
[trou]Jura[texte], mais un peu tard, qu’on ne l’y [trou]prendrait[texte] plus.
[config]
indices = oui
solution = oui


 2) La cigale et la fourmi (exercice à trous)

Trouvez les mots manquants dans la Fable de Jean de la Fontaine : La cigale et la fourmi.

La cigale, ayant
Tout l’,
Se trouva fort
Quand la fut venue :
Pas un seul petit
De mouche ou de .
Elle alla crier
Chez la fourmi sa ,
La de lui prêter
Quelque pour subsister
Jusqu’à la nouvelle.
" Je vous , lui dit-elle,
Avant l’, foi d’animal,
Intérêt et . "
La Fourmi n’est pas  :
C’est là son moindre .
" Que faisiez-vous au chaud ?
Dit-elle à cette .
- Nuit et jour à tout
Je , ne vous déplaise.
- Vous chantiez ? j’en suis fort  :
Eh bien ! maintenant. "

Indices
aise - emprunteuse - paierai - chanté - temps - vermisseau - été - grain - prêteuse - août - chantais - saison - principal - dépourvue - priant - bise - famine - défaut - voisine - dansez - morceau - venant

Cliquer ici pour afficher le code de cet Exercice à trous

[texte]
Trouvez les mots manquants dans la Fable de Jean de la Fontaine : La cigale et la fourmi.

La cigale, ayant [trou]chanté[texte]
Tout l’[trou]été[texte],
Se trouva fort [trou]dépourvue[texte]
Quand la [trou]bise[texte] fut venue :
Pas un seul petit [trou]morceau[texte]
De mouche ou de [trou]vermisseau[texte].
Elle alla crier [trou]famine[texte]
Chez la fourmi sa [trou]voisine[texte],
La [trou]priant[texte] de lui prêter
Quelque [trou]grain[texte] pour subsister
Jusqu’à la [trou]saison[texte] nouvelle.
" Je vous [trou]paierai[texte], lui dit-elle,
Avant l’[trou]août[texte], foi d’animal,
Intérêt et [trou]principal[texte]. "
La Fourmi n’est pas [trou]prêteuse[texte] :
C’est là son moindre [trou]défaut[texte].
" Que faisiez-vous au [trou]temps[texte] chaud ?
Dit-elle à cette [trou]emprunteuse[texte].
- Nuit et jour à tout [trou]venant[texte]
Je [trou]chantais[texte], ne vous déplaise.
- Vous chantiez ? j’en suis fort [trou]aise[texte] :
Eh bien ! [trou]dansez[texte] maintenant. "
[config]
indices = oui
solution = oui


 3) La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf (exercice à trous)

Trouvez les mots manquants dans la Fable de Jean de la Fontaine : La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf.

Une grenouille vit un Bœuf.
Qui lui sembla de belle .
Elle, qui n’était pas en tout comme un ,
Envieuse, s’étend, et s’, et se travaille,
Pour l’animal en grosseur,
Disant : " Regardez bien, ma  ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je encore ?
Nenni. - M’y donc ? - Point du tout. M’y  ?
- Vous n’en point. " La chétive
S’enfla si bien qu’elle .

Le est plein de gens qui ne sont plus  :
Tout bourgeois veut comme les grands seigneurs,
Tout petit a des ambassadeurs,
Tout veut avoir des pages.

Indices
sages - grosse - taille - voici - monde - prince - œuf - égaler - sœur - pécore - bâtir - voilà - marquis - approchez - enfle - creva - point

Cliquer ici pour afficher le code de cet Exercice à trous

[texte]
Trouvez les mots manquants dans la Fable de Jean de la Fontaine : La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf.

Une grenouille vit un Bœuf.
Qui lui sembla de belle [trou]taille[texte].
Elle, qui n’était pas [trou]grosse[texte] en tout comme un [trou]œuf[texte],
Envieuse, s’étend, et s’[trou]enfle[texte], et se travaille,
Pour [trou]égaler[texte] l’animal en grosseur,
Disant : " Regardez bien, ma [trou]sœur[texte] ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je [trou]point[texte] encore ?
Nenni. - M’y [trou]voici[texte] donc ? - Point du tout. M’y [trou]voilà[texte] ?
- Vous n’en [trou]approchez[texte] point. " La chétive [trou]pécore[texte]
S’enfla si bien qu’elle [trou]creva[texte].

Le [trou]monde[texte] est plein de gens qui ne sont plus [trou]sages[texte] :
Tout bourgeois veut [trou]bâtir[texte] comme les grands seigneurs,
Tout petit [trou]prince[texte] a des ambassadeurs,
Tout [trou]marquis[texte] veut avoir des pages.
[config]
indices = oui
solution = oui


 4) Le lièvre et la tortue (exercice à trous)

Trouvez les mots manquants dans la Fable de Jean de la Fontaine : Le lièvre et la tortue.

Rien ne sert de  ; il faut à point :
Le lièvre et la tortue en sont un .
" Gageons, dit celle-ci, que vous n’ point
Sitôt que moi ce but. - Sitôt ? Êtes-vous  ?
Repartit l’animal  :
Ma , il vous faut purger
Avec quatre d’ellébore.
- Sage ou non, je encore. "
Ainsi fut  ; et de tous deux
On mit près du but les  :
Savoir quoi, ce n’est pas l’,
Ni de quel l’on convint.
Notre lièvre n’avait que quatre à faire.
J’entends de ceux qu’il fait lorsque, prêt d’être ,
Il s’éloigne des , les renvoie aux calendes,
Et leur fait les landes.
Ayant, dis-je, du temps de reste pour ,
Pour dormir, et pour
D’où vient le , il laisse la tortue
Aller son train de .

Elle part, elle s’,
Elle se hâte avec .
Lui cependant une telle victoire,
Tient la gageure à peu de ,
Croit qu’il y va de son
De partir tard. Il broute, il se ,
Il s’amuse à toute autre
Qu’à la gageure. A la fin, quand il
Que l’autre presque au bout de la carrière,
Il partit comme un  ; mais les élans qu’il fit
Furent  : la tortue arriva la .
" Eh bien ! lui cria-t-elle, avais-je pas  ?
De quoi vous sert votre  ?
Moi l’emporter ! et que serait-ce
Si vous portiez une  ?

Indices
méprise - courir - parie - écouter - commère - enjeux - pas - affaire - première - vains - léger - vitesse - raison - partir - gloire - honneur - fait - lenteur - arpenter - atteindrez - touchait - grains - juge - brouter - chiens - maison - atteint - témoignage - sage - sénateur - vit - chose - repose - évertue - vent - trait

Cliquer ici pour afficher le code de cet Exercice à trous

[texte]
Trouvez les mots manquants dans la Fable de Jean de la Fontaine : Le lièvre et la tortue.

Rien ne sert de [trou]courir[texte] ; il faut [trou]partir[texte] à point :
Le lièvre et la tortue en sont un [trou]témoignage[texte].
" Gageons, dit celle-ci, que vous n’[trou]atteindrez[texte] point
Sitôt que moi ce but. - Sitôt ? Êtes-vous [trou]sage[texte] ?
Repartit l’animal [trou]léger[texte] :
Ma [trou]commère[texte], il vous faut purger
Avec quatre [trou]grains[texte] d’ellébore.
- Sage ou non, je [trou]parie[texte] encore. "
Ainsi fut [trou]fait[texte] ; et de tous deux
On mit près du but les [trou]enjeux[texte] :
Savoir quoi, ce n’est pas l’[trou]affaire[texte],
Ni de quel [trou]juge[texte] l’on convint.
Notre lièvre n’avait que quatre [trou]pas[texte] à faire.
J’entends de ceux qu’il fait lorsque, prêt d’être [trou]atteint[texte],
Il s’éloigne des [trou]chiens[texte], les renvoie aux calendes,
Et leur fait [trou]arpenter[texte] les landes.
Ayant, dis-je, du temps de reste pour [trou]brouter[texte],
Pour dormir, et pour [trou]écouter[texte]
D’où vient le [trou]vent[texte], il laisse la tortue
Aller son train de [trou]sénateur[texte].

Elle part, elle s’[trou]évertue[texte],
Elle se hâte avec [trou]lenteur[texte].
Lui cependant [trou]méprise[texte] une telle victoire,
Tient la gageure à peu de [trou]gloire[texte],
Croit qu’il y va de son [trou]honneur[texte]
De partir tard. Il broute, il se [trou]repose[texte],
Il s’amuse à toute autre [trou]chose[texte]
Qu’à la gageure. A la fin, quand il [trou]vit[texte]
Que l’autre [trou]touchait[texte] presque au bout de la carrière,
Il partit comme un [trou]trait[texte] ; mais les élans qu’il fit
Furent [trou]vains[texte] : la tortue arriva la [trou]première[texte].
" Eh bien ! lui cria-t-elle, avais-je pas [trou]raison[texte] ?
De quoi vous sert votre [trou]vitesse[texte] ?
Moi l’emporter ! et que serait-ce
Si vous portiez une [trou]maison[texte] ?
[config]
indices = oui
solution = oui


 5) Le chêne et le roseau (exercice à trous)

Trouvez les mots manquants dans la Fable de Jean de la Fontaine : Le chêne et le roseau.

Le chêne un jour dit au roseau :
" Vous avez bien sujet d’accuser la  ;
Un roitelet pour vous est un pesant  ;
Le moindre , qui d’aventure
Fait la face de l’eau,
Vous oblige à la tête,
Cependant que mon , au Caucase pareil,
Non content d’ les rayons du soleil,
Brave l’effort de la .
Tout vous est aquilon, tout me semble .
Encor si vous à l’abri du feuillage
Dont je couvre le ,
Vous n’auriez pas tant à  :
Je vous défendrais de l’ ;
Mais vous le plus souvent
Sur les bords des royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien .
- Votre , lui répondit l’arbuste,
Part d’un bon naturel ; mais quittez ce  :
Les vents me sont moins qu’à vous  ;
Je plie, et ne pas. Vous avez jusqu’ici
Contre leurs coups
Résisté sans le dos ;
Mais la fin. " Comme il disait ces mots,
Du bout de l’horizon accourt avec
Le plus des enfants
Que le eût portés jusque-là dans ses flancs.
L’arbre tient bon ; le roseau .
Le vent ses efforts,
Et fait si bien qu’il
Celui de qui la tête au était voisine,
Et dont les pieds touchaient à l’ des morts.

Indices
furie - zéphyr - romps - courber - empire - orage - humides - compassion - redoutables - tempête - front - redouble - souci - vent - baisser - déracine - ciel - plie - épouvantables - arrêter - naissez - nature - voisinage - souffrir - fardeau - rider - Nord - naissiez - injuste - attendons - terrible

Cliquer ici pour afficher le code de cet Exercice à trous

[texte]
Trouvez les mots manquants dans la Fable de Jean de la Fontaine : Le chêne et le roseau.

Le chêne un jour dit au roseau :
" Vous avez bien sujet d’accuser la [trou]nature[texte] ;
Un roitelet pour vous est un pesant [trou]fardeau[texte] ;
Le moindre [trou]vent[texte], qui d’aventure
Fait [trou]rider[texte] la face de l’eau,
Vous oblige à [trou]baisser[texte] la tête,
Cependant que mon [trou]front[texte], au Caucase pareil,
Non content d’[trou]arrêter[texte] les rayons du soleil,
Brave l’effort de la [trou]tempête[texte].
Tout vous est aquilon, tout me semble [trou]zéphyr[texte].
Encor si vous [trou]naissiez[texte] à l’abri du feuillage
Dont je couvre le [trou]voisinage[texte],
Vous n’auriez pas tant à [trou]souffrir[texte] :
Je vous défendrais de l’[trou]orage[texte] ;
Mais vous [trou]naissez[texte] le plus souvent
Sur les [trou]humides[texte] bords des royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien [trou]injuste[texte].
- Votre [trou]compassion[texte], lui répondit l’arbuste,
Part d’un bon naturel ; mais quittez ce [trou]souci[texte] :
Les vents me sont moins qu’à vous [trou]redoutables[texte] ;
Je plie, et ne [trou]romps[texte] pas. Vous avez jusqu’ici
Contre leurs coups [trou]épouvantables[texte]
Résisté sans [trou]courber[texte] le dos ;
Mais [trou]attendons[texte] la fin. " Comme il disait ces mots,
Du bout de l’horizon accourt avec [trou]furie[texte]
Le plus [trou]terrible[texte] des enfants
Que le [trou]Nord[texte] eût portés jusque-là dans ses flancs.
L’arbre tient bon ; le roseau [trou]plie[texte].
Le vent [trou]redouble[texte] ses efforts,
Et fait si bien qu’il [trou]déracine[texte]
Celui de qui la tête au [trou]ciel[texte] était voisine,
Et dont les pieds touchaient à l’[trou]empire[texte] des morts.
[config]
indices = oui
solution = oui