Ici & Là

01 Société 02 Histoire 03 Science 04 Science fiction 05 SPIP 06 NTIC 07 Sondages 08 Divers
La meilleure façon de réaliser ses rêves est de se réveiller (Paul Valéry)

Accueil > Société > Architecture > Les « Tours de Carouge » (Genève)

Les « Tours de Carouge » (Genève)

mardi 13 novembre 2018, par François Daniel Giezendanner

Notez cet article
3 votes

 Introduction

JPEG - 153.8 ko
3 des 5 Tours de Carouge A, B, D, E et F et la Tour 6
Image FDG prise depuis l’intérieur du restaurant du M-Parc

Les Tours de Carouge prennent place entre le vieux Carouge et la zone industrielle de La Praille-Acacias. Elles sont visibles de loin et constituent un repère, un phare et une porte pour les environs qu’elles dominent. On peut les observer depuis le Salève ou à leurs pieds sous divers angles et particulièrement bien depuis le restaurant du M-Parc où l’on est aux premières loges pour les admirer. Cet article répond aux questions que l’on se pose à leurs propos tels que, hauteurs, nombre d’étages, nombre et types de logements, années de construction, architecture, développement durable, vie sociale, etc.


 Eléments constitutifs des tours de Carouge

Les tours de carouge ont été réalisées entre 1958 et 1973 [1]. il s’agit de six grands blocs offrant 862 logements [2] majoritairement traversants et des bâtiments bas abritant des équipements publics.
Cette cité a été conçue sous la triple influence des concepts issus des Congrès Internationaux d’Architecture Moderne (CIAM), de la Charte d’Athènes et, pour ce qui concerne le plan, de la réalisation par Le Corbusier de l’usine Claude-et-Duval située à Saint-Dié-des-Vosges (1946). [3]
Cinq tours sont identiques A, B, D, E et F, d’une hauteur de 45 mètres pour 14 étages [4], 666 appartements et 58 locaux ; entrée des locataires des tours A et B en décembre 1960, en janvier 1962 pour les locataires des tours D et F et juillet 1962 pour les locataires de la tour E. Régime HLM ; loyers libres dès janvier 1983. Ces tours sont axées est-ouest, offrant la vue sur le Jura et le Salève et facilitant le passage entre Carouge et la zone industrielle. Elles sont relativement éloignées les unes des autres de façon à favoriser l’ensoleillement.
Une sixième tour est implantée selon un axe nord-sud, et culmine à 60 mètres pour 22 étages, 196 appartements et 10 locaux ; entrée des locataires d’octobre à décembre 1973. Régime HCM ; loyers libres depuis janvier 1984.

Remarque : La cité est formée de six grands blocs. C’est en raison de leur hauteur inhabituelle pour le paysage urbain du canton de Genève qu’elles sont appelées tours, alors qu’elles sont plutôt des barres.

Pour plus de détails voir le chapitre : FORME ET FONCTION_Forme urbaine (p 86) du troisième document, LES TOURS DE CAROUGE

JPEG - 117.4 ko
Trois des 5 Tours de Carouge A, B, D, E et F.
Image FDG prise depuis la terrasse du restaurant du M-Parc

 Situation des tours de Carouge dans l’agglomération de la ville de Genève.

Le quartier des Tours est situé entre la ville de Carouge (plus précisément le vieux Carouge [5]) et l’importante zone industrielle de La Praille-Acacias [6]. Cette zone, essentiellement industrielle et commerciale, est organisé autour de la gare de triage de la Praille. Elle intègre les Ports Francs & Entrepôts de Genève depuis 1965 [7], un M-Parc depuis 2000, le centre commercial de La Praille depuis 2002 [8] et le Stade de Genève depuis 2003 [9], elle est fortement industrialisée [10].
A l’origine, la cité fut réalisée en raison d’une augmentation des emplois dans la zone industrielle et d’un faible nombre de logements. Il était donc nécessaire de construire un grand nombre d’habitations et d’y adjoindre les infrastructures nécessaires.

Pour plus de détails voir le chapitre : SITUATION_Quartier (p 80) du troisième document, LES TOURS DE CAROUGE

JPEG - 94.6 ko
Trois des 5 Tours de Carouge A, B, D, E et F.
Image FDG prise depuis la terrasse du restaurant du M-Parc

 Carouge dans la République et Canton de Genève

Carouge est une ville et une commune suisse du canton de Genève.

Carouge jouxte la ville de Genève, dont elle est séparée par la rivière Arve, et fait partie de la République et Canton de Genève depuis 1816. Elle est réputée pour le quartier du « vieux Carouge », qui garde un certain charme et où les terrasses des bistrots sont courues lorsque les beaux jours reviennent.


 Mixité sociale / générationnelle / fonctionnelle des Tours de Carouge

La mixité des locataires (mixité sociale) ainsi que la présence d’activités (mixité fonctionnelle) [11] sont des critères garantissant une bonne cohésion sociale et évitent la « ghettoïsation » des espaces de vie.

Mixité sociale
Grâce aux efforts de l’Administration cantonale et à la loi cantonale du 25 janvier 1957 (modifiée à plusieurs reprises et étendue pour répondre aux besoins croissants d’HLM), les locataires bénéficient de loyers relativement modestes. Les aides financières accordées aux constructeurs et propriétaires permet à l’Etat d’imposer au propriétaire un plafond limite à l’état locatif de l’immeuble.
Les cinq tours A, B, D, E et F sont sous le régime HLM (habitation à loyer modéré) et passent en loyers libres dès janvier 1983, la sixième tour est sous le régime HCM (habitation pour classe moyenne) et passe en loyers libres dès janvier 1984.
Le loyer des appartements est naturellement étagé, car il est socialement indispensable que les locataires des étages supérieurs paient un loyer plus élevé qui compense la réduction accordée aux occupants des étages inférieurs. En 1964, le prix de location par pièce et par an, sans les charges, varie de 360 fr. au 1 " étage, pour atteindre 400 fr. au 9e étage, alors que pour les étages supérieurs, il est compris entre 450 fr. et 475 fr. la pièce (la cuisine étant comptée comme pièce).
Les trois derniers étages ne sont pas soumis au barème des salaires fixés par la loi du 25 janvier 1957. En revanche, les locataires des neuf premiers étages sont soumis à un contrôle de salaires dans le cadre de certaines normes.

Mixité fonctionnelle
Le programme des Tours mise sur la mixité des fonctions, comme dans le Vieux-Carouge. Les tours et les bâtiments bas abritent des équipements publics tel que commerces, locaux pour l’artisanat ou bureaux, une poste, une bibliothèque, une école enfantine, une école primaire, des ateliers, une centrale thermique, un parkings souterrains, un garage, une station-service. Tous ces équipements trouvent leur place, si ce n’est au rez-de-chaussée des tours en tout cas dans le périmètre.

La volonté d’intégration est manifeste dans l’ensemble du projet. Les tours abritent des logements, de l’artisanat, des bureaux, des commerces. Il recréé la mixité des fonctions - habitat et artisanat - qui caractérise le Carouge du XVIIIe siècle.

Mixité générationnelle
Les Tours n’ont pas été pensées spécifiquement et conçues architecturalement pour mixer les populations accueillies, rompre l’isolement des personnes, favoriser le lien et l’échange et encourager les relations intergénérationnelles.
L’hétérogénéité des âges de la population est créée et maintenue par le renouvellement naturel consécutif à l’arrivée, aux naissances, au vieillissement et au départ des locataires. La mixité générationnelle qui existe dans les Tours n’a pas fait l’objet d’une démarche planifiée mais résulte en partie des qualités relationnelles des locataires, de la mixité fonctionnelle et de l’organisation d’événements récréatifs tels que « Tour de Plage » aux Fontaines des Tours de Carouge.

Sources :

  • Cinq tours, plus une !
    Dans : VIVRE Carouge
    SEPTEMBRE-NOVEMBRE 2018, N° 83 p36-37, MAGAZINE D’INFORMATION DE LA VILLE DE CAROUGE
  • Les tours de Carouge
    par Edouard Terrier, président de la Fondation HLM de la ville de Carouge
    Zeitschrift : Habitation : revue trimestrielle de la section romande de l’Association Suisse pour l’Habitat
    Band (Jahr) : 36 (1964), Heft 11, p27-34
    https://www.e-periodica.ch/cntmng?pid=hab-001:1964:36::1254

 Fontaines et Tour de plage aux Tours de Carouge (en vidéo)

En 2018 Tour de plage s’est installé pour la 14ème années aux fontaines des Tours.
Du 30 juin au 26 août 2018, les Tours de Carouge prennent un air de plage !
Accueille du jeudi au dimanche de 14h à 19h. Du matériel de plage (parasols, chaises longues, tables) est mis à disposition gratuitement contre bon soin, des animations gratuites sont proposées du vendredi au dimanche. [12]


https://youtu.be/I-GBVUULiY4
Fontaines des Tours de Carouge - Grand Genève TV
par Equipe G2 TV - Mise en ligne le 24 Sep 2018 - EN UN COUP D’ŒIL


https://youtu.be/Oq6esTFogKc
Tour de plage 2015
Tour de plage s’installe pour la 11ème années aux fontaines des Tours. Découvrez ce qui vous y attend !


 Installations solaires sur les Tours de Carouge

Le 17 mai 2010 débute la rénovation des toitures des Tours de Carouge, elle résulte d’une étude de la dépense énergétique du parc immobilier lancée en partenariat entre la Fondation HLM de la Ville de Carouge et le service de l’énergie (ScanE) [13].

Les toitures en pente des 5 Tours A, B, D, E et F étant bien exposées au sud, elles ont été équipées de panneaux solaires. Ainsi les besoins en eau chaude sanitaire sont couverts à 45% par le solaire, ce qui signifie 129 tonnes de CO2 en moins par an ». La sixième tour nécessitant d’autres types de solutions, elle fera l’objet, plus tard, d’une étude plus spécifique.

De plus. il est apparu que les deux chaudières de la chaufferie centrale des Tours étaient surdimensionnées et tournaient à plein régime. Elles ont été remplacées par trois chaudières à gaz, de tailles différentes, permettant ainsi de moduler en fonction des besoins. Les rejets de CO2 ont ainsi été réduits d’un tiers par an, passant de 3000 tonnes à environ 2000 tonnes ».


 Diaporama des Tours de Carouge

JPEG - 117.4 ko
Trois des 5 Tours de Carouge A, B, D, E et F.
Image FDG prise depuis la terrasse du restaurant du M-Parc
JPEG - 94.6 ko
Trois des 5 Tours de Carouge A, B, D, E et F.
Image FDG prise depuis la terrasse du restaurant du M-Parc
JPEG - 311.1 ko
Une des 5 Tours de Carouge A, B, D, E et F.
googleearth
JPEG - 283.4 ko
La sixième Tour de Carouge
Image FDG prise depuis la rue Jacques-Grosselin
JPEG - 318.9 ko
La sixième Tour de Carouge
googleearth
JPEG - 346 ko
Vue d’ensemble des six Tours de Carouge
googleearth
JPEG - 324.8 ko
Vue d’ensemble des six Tours de Carouge
googleearth
JPEG - 387.3 ko
Vue d’ensemble des six Tours de Carouge
googleearth
JPEG - 221.8 ko
Fontaines des Tours de Carouge
googleearth
JPEG - 245 ko
Fontaines des Tours de Carouge
googleearth
JPEG - 239 ko
Fontaines des Tours de Carouge
googleearth
JPEG - 272.4 ko
Panneaux solaires sur les 5 Tours de Carouge A, B, D, E et F.
googleearth
JPEG - 269.7 ko
Panneaux solaires sur 4 des 5 Tours de Carouge A, B, D, E et F.
googleearth
JPEG - 248.6 ko
Panneaux solaires sur 2 des 5 Tours de Carouge A, B, D, E et F.
googleearth
JPEG - 153.8 ko
3 des 5 Tours de Carouge A, B, D, E et F et la Tour 6
Image FDG prise depuis l’intérieur du restaurant du M-Parc
JPEG - 147.2 ko
4 des 5 Tours de Carouge A, B, D, E et F.
Image FDG prise depuis l’intérieur du restaurant du M-Parc

 Les Tours de Carouge en sept documents.

Nous proposons ici une information sur les Tours de Carouge au travers de sept documents.

Le premier document, Tours de Carouge, donne d’une part en résumé des aspects essentiels concernant la construction et l’architecture des Tours et d’autre part un descriptif et une cartographie Google maps de chaque allée pour chacune des six tours :

« Immeuble réalisé en plusieurs étapes entre 1958 et 1973 par Georges Brera et Paul Waltenspühl. Imprégnés des concepts internationaux d’architecture moderne (CIAM) et de la Charge d’Athènes. Plan inspiré par la réalisation du Corbusier à Saint-Dié (1946). Trame orthogonale reprise du Vieux-Carouge, densité également. Mixité des fonctions. Relation symbiotique. 3000 habitants. Réussite car construits à proximité immédiate de la ville historique (et pas isolée comme souvent). Cinq immeubles sont placés de manière à ne pas constituer un mur (ils font 12 étages). Appartements exposés nord-sud pour bénéficier du soleil. Majorité d’appartements traversants. 6ème tour construite plus tard par un autre groupement, 22 étages, nombreux appartements mono-orientés. Nombreux services et aménagements. »

On doit cette description des Tours de Carouge à Yannick, un passionné de Genève qui cherchait avant tout à ranger ses photos dans une structure cohérente. Il a développé son projet [14] en mettant en oeuvre un MediaWiki que l’on peut télécharger ici si l’on souhaite développer un projet : Télécharger MediaWiki 1.31.1.

Le deuxième document, Les tours de Carouge, est une présentation en 9 pages des aspects historiques, sociaux et économiques des Tours de Carouge par Edouard Terrier, président de la Fondation HLM de la ville de Carouge.

Le troisième document, LES TOURS DE CAROUGE, est une présentation en 26 pages de L. Archinard, G. Bréa, A. Damay, J,-J. Mégevand, R. Schwertz et P. Waltenspuhl qui décrit de manière détaillées en 26 pages les Tours de Carouge aux plans :

  • Situation, p 80-85
  • Forme et fonction, p 86-91
  • Typologie, p 92-103
  • Matérialité, p 104-105

le quatrième document, Cinq tours, plus une ! est une présentation en 2 pages de Dominique Zumkeller qui décrit des aspects historiques et architecturaux des tours de Carouge.

le cinquième document, Les tours de Carouge donne sur 12 pages de nombreuses précisions à l’occasion des 50 ans de la Fondation HLM.

Le sixième documents,
Fondation immobilière de la ville de Carouge
Nos immeubles p1 et p2, fournit des informations précises pour chaque Tour concernant le nombre d’étages, le nombre d’appartements, le type d’appartements et leurs surfaces.

le septième document, La vie dans l’architecture des Tours de Carouge (Genève), est un projet photographique réalisé par David Carlier qui le présente comme suit :

"Projet photographique visant à mettre en valeur la vie dans l’architecture au sein d’un complexe urbain composé de plusieurs tours d’habitation en béton datant des années 60.
Trop souvent, dans les publications architecturales, seul l’aspect esthétique des bâtiments est mis en valeur, mettant de côté le tissu social et économique qui se crée au sein des habitations. Le but ici est de mettre en avant le travail des architectes, tout en gardant à l’esprit que des gens vivent et intéractent dans cet espace de la cité.
"


 SOURCES


 Document 1) Tours de Carouge

http://www.yab.ch/ge/index.php?title=Tours_de_Carouge


 Document 2) Les tours de Carouge

par Edouard Terrier, p 1-9
président de la Fondation HLM de la ville de Carouge
Zeitschrift : Habitation : revue trimestrielle de la section romande de l’Association Suisse pour l’Habitat
Band (Jahr) : 36 (1964), Heft 11, p27-34
https://www.e-periodica.ch/cntmng?pid=hab-001:1964:36::1254

Ein Dienst der ETH-Bibliothek
ETH Zürich, Rämistrasse 101, 8092 Zürich, Schweiz, www.library.ethz.ch
http://www.e-periodica.ch

Aspects historiques, sociaux et économiques des Tours de Carouge présentés par Edouard Terrier, président de la Fondation HLM de la ville de Carouge.


 Document 3) LES TOURS DE CAROUGE

26 pages, p 80 à 105
L. Archinard, G. Bréa, A. Damay, J,-J. Mégevand, R. Schwertz et P. Waltenspuhl
Les tours de Carouge ont été réalisées entre 1958 et 1969 : 700 logements, commerces, locaux pour l’artisanat ou bureaux, poste, bibliothèque, école enfantine, école primaire, centrale thermique, parkings souterrains.

Table des matières : TOURS DE CAROUGE, p 80-105

  • SITUATION_Quartier : p 80
  • SITUATION_Morphologie : p 82
  • SITUATION_Accès et réseaux : P 84
  • FORME ET FONCTION_Forme urbaine : p 86
  • FORME ET FONCTION_Activités du rez-de-chaussée : p 88
  • FORME ET FONCTION_Démarcation du rez-de-chaussée : p 90
  • TYPOLOGIE_Intérieure : p 92
  • TYPOLOGIE_Extérieure : p 94
  • TYPOLOGIE_Interactions avec l’environnement : P 96
  • TYPOLOGIE_Dispositif d’accès aux étages : p 98
  • TYPOLOGIE_Accès au rez-de-chaussée : p 90
  • TYPOLOGIE_Traversées du rez-de-chaussée : p 92
  • MATÉRIALITÉ : p 104-105

Aux page 80 à 105 du document :
GENÈVE : Le développement du rez-de-chaussée au travers des différents tissus urbains
Sabrina Harri, 245 pages
Andrea Bassi, directeur pédagogique / Elena Cogato, professeur / Yves Dreier, maître EPFL
http://archivesma.epfl.ch/2013/038/harri_enonce/ENONCE%20THEORIQUE%20HARRI%20SABRINA.pdf/


 Document 4) Cinq tours, plus une !

Dominique Zumkeller, historien économiste
Vivre à Carouge
p 36-37
SEPTEMBRE-NOVEMBRE 2018 N° 83
Dans : MAGAZINE D’INFORMATION DE LA VILLE DE CAROUGE
https://www.carouge.ch/sites/default/files/fichiers/parutions/vc_83_v19_web.pdf

Dominique Zumkeller présente des aspects historiques et architecturaux des tours de Carouge.


 Document 5) Les tours de Carouge

Dans : Les 50 ans de la Fondation HLM
Vivrecarouge : JOURNAL D’INFORMATION DE LA VILLE DE CAROUGE
N°13 - Décembre 2005, p 3-14, 29
https://www.carouge.ch/sites/default/files/partage/13_vivrecarouge_13_decembre_2005.pdf

Ce document donne sur 12 pages de nombreuses précisions à l’occasion des 50 ans de la Fondation HLM, par exemple :

"Tours de Carouge A, B, D, E et F : 668 appartements et 58 locaux ; entrée des locataires des tours A et B en décembre 1960, en janvier 1962 pour les locataires des tours D et F et juillet 1962 pour les locataires de la tour E. Régime HLM ; loyers libres dès janvier 1983.
6e Tour, Promenades 20-22 : 188 appartements et 10 locaux ; entrée des locataires d’octobre à décembre 1973. Régime HCM ; loyers libres depuis janvier 1984.
"


 Document 6) Fondation immobilière de la ville de Carouge

La Fondation immobilière de la ville de Carouge - Nos immeubles p1 et p2, fournit des informations précises pour chaque Tour concernant le nombre d’étages, le nombre d’appartements, le type d’appartements et leurs surfaces.

Les 6 Tours Nombre d’appartements Nombre d’étages
Tour A 132 13
Tour B 133 12
Tour D 133 13
Tour E 133 13
Tour F 135 13
6ème Tour 196 22
Total 862

Détail pour les 6 tours :

Tour A de 41 mètres, 132 appartements, 13 étages, Adresse : Av. Vibert 19-27 Tour A, 1227, Carouge
Désignation Nombre d’appartements Surface/Objet (m2) Surface (m2)
2 pièces 11 32.8 361
3 pièces 48 50.3 2412
4 pièces 49 60.6 2967
5 pièces 11 77.7 855
6 pièces 12 88.6 1063
1 116.0 116
Total 132 7774
Tour B de 41 mètres, 133 appartements, 12 étages, Adresse : Av. Vibert 20-28 Tour B, 1227, Carouge
Informations confuses dans la sources
Tour D de 41 mètres, 133 appartements, 13 étages, Adresse : Av. Vibert 9-17 Tour D, 1227, Carouge
Désignation Nombre d’appartements Surface/Objet (m2) Surface (m2)
2 pièces 12 32.8 394
3 pièces 48 50.3 2412
4 pièces 49 60.6 2967
5 pièces 12 77.8 933
6 pièces 12 88.6 1063
Total 133 7769
Tour E de 41 mètres, 133 appartements, 13 étages
Informations non trouvées
Tour F de 41 mètre, 135 appartements, 13 étages, Adresse : Av. Promenades 2-10 Tour F, 1227, Carouge
Désignation Nombre d’appartements Surface/Objet (m2) Surface (m2)
2 pièces 12 32.8 394
3 pièces 48 50.3 2412
4 pièces 49 60.6 2967
5 pièces 12 77.8 933
6 pièces 12 88.6 1063
loft attique 2 135.5 271
Total 135 8040
6ème Tour, Tours de 60 mètres, 196 appartements, 22 étages, Adresse : Bd. des Promenades 20-22 - 6eme Tour, 1227, Carouge
Désignation Nombre d’appartements Surface/Objet (m2) Surface (m2)
2 pièces 22 32.2 708
3 pièces 20 54.6 1091
4 pièces 97 69.0 6690
5 pièces 56 93.4 5233
6 pièces 1 122.0 122
Total 196 13844

 Document 7) La vie dans l’architecture des Tours de Carouge (Genève)

David Carlier, Swiss Photo Award 2016 / Architektur, 2016
http://www.swissphotocollection.ch/project/la-vie-dans-larchitecture-des-tours-de-carouge-gen/


Et aussi, POUR EN SAVOIR PLUS

 Les Tours de Carouge

Manuel Baud-Bovy
dans Urbanisme et Architecture à Carouge,
Dictionnaire carougeois, tome III b, Carouge, 2001, p. 384-393


 Vitrine consacrée aux Tours

On trouve une vitrine consacrée aux Tours au 1er étage de la mairie, place du Marché 14.


[1Les architectes Georges Brera et Paul Waltenspühl sont les concepteurs
du projet des Tours
et ils ont la sagesse de s’entourer d’autres techniciens ayant pignon sur rue dans la cité sarde !

[2Selon les sources le nombre d’appartements varie de 700 à 862

[3CONCEPTION DE LA CITE SELON UNE TRIPLE INFLUENCE :

  • Congrès international d’architecture moderne (Wikipédia)
    « Les congrès internationaux d’architecture moderne ou CIAM, sont nés du besoin de promouvoir une architecture et un urbanisme fonctionnels. La première rencontre eut lieu en 1928, à La Sarraz (Suisse), et Le Corbusier y joua un rôle important. Le dernier congrès « officiel » des CIAM, le 10e du nom, eut lieu à Dubrovnik en 1956. Mais c’est en 1959, à Otterlo, aux Pays-Bas, que certains membres décidèrent de mettre fin à ces congrès. Certains d’entre eux ont poursuivi les réunions sous la dénomination Team 10. »
  • CONGRÈS INTERNATIONAL D’ARCHITECTURE MODERNE (hisour.com)
  • Charte d’Athènes (1933) (Wikipédia)
    « La Charte d’Athènes a constitué l’aboutissement du IVe Congrès international d’architecture moderne (CIAM), tenu lors d’un voyage maritime entre Marseille et Athènes en 1933 sous l’égide de Le Corbusier. Le thème en était « la ville fonctionnelle ». Urbanistes et architectes y ont débattu d’une extension rationnelle des quartiers modernes.
    Présentation :
    • La Charte compte 95 points sur la planification et la construction des villes. Parmi les sujets traités : les tours d’habitation, la séparation des zones résidentielles et les voies de transport ainsi que la préservation des quartiers historiques et autres bâtiments préexistants. Le principal concept sous-jacent a été la création de zones indépendantes pour les quatre « fonctions » : la vie, le travail, les loisirs et les infrastructures de transport. Le texte, très retravaillé par Le Corbusier, n’a été publié qu’en 1941 sous le titre La Ville fonctionnelle.
    • Ces concepts ont été largement adoptés par les urbanistes dans leurs efforts pour reconstruire les villes européennes après la Seconde Guerre mondiale ; ainsi, Firminy-Vert qui consiste en la réalisation d’un quartier neuf et la construction d’un modèle de logements sociaux, ou encore les plans de Mart Stam pour la reconstruction de Dresde. La ville de Brasilia peut être considérée comme une incarnation des principes de la Charte.
    • La Charte a également fait l’objet de critiques, principalement pour manque de flexibilité. Par exemple, Team 10 est apparu dès 1953. Le mouvement « Mars 1976 », cofondé par Jean Nouvel, est une autre contestation. La charte d’Aalborg (1994), quant à elle, est aux antipodes de la Charte d’Athènes. »
  • Charte d’Athènes (1933) (Wikipédia, homonymie)
  • La Charte d’Athènes : modèle de fonctionnalisme (28/09/09)
  • Usine Claude-et-Duval (Wikipédia)
  • Manufacture à Saint-Dié-des-Vosges - Usine Duval. 1946 - FRANCE (sites-le-corbusier.org)

[4HAUTEUR DES TOURS A, B, D, E et F :
Le site www.yab.ch donne les hauteurs d’immeubles pour 9 allées des Tours A, B, D, E et F, elles s’échelonnent de 44.75 mètres à 47.16 mètres pour 14 étages, valeurs relevées sur le site du Système d’Information du Territoire à Genève (SITG), en voici le détail :

  • Boulevard des Promenades 2 : 14 étages, pour 47.16 mètres.
  • Boulevard des Promenades 6 : 14 étages, pour 44.73 mètres.
  • Boulevard des Promenades 8 : 14 étages, pour 44.75 mètres.
  • Avenue VIBERT 11 : 14 étages, pour 45.37 mètres.
  • Avenue VIBERT 13 : 14 étages, pour 45.34 mètres.
  • Avenue VIBERT 15 : 14 étages, pour 45.46 mètres.
  • Avenue VIBERT 17 : 14 étages, pour 45.42 mètres.
  • Avenue VIBERT 21 : 14 étages, pour 45.02 mètres.
  • Avenue VIBERT 27 : 14 étages, pour 45.12 mètres.

[5LE VIEUX CAROUGE :

  • Carouge, la cité sarde - RTS.CH Vidéo 8 min..
  • fdvc - Fondation Du Vieux-Carouge, Bienvenue !.
  • Carouge en cinq secteurs - carouge.ch
    "Notre cité se divise en cinq secteurs, ayant chacun leurs particularités et leur histoire propres.
    Secteur CAROUGE-CENTRE : Ce secteur, qui regroupe le Vieux-Carouge et le périmètre des Tours, est à n’en pas douter le plus touristique de la Ville
    ".
  • Genève : 5 choses à savoir avant de visiter le vieux Carouge - TGV Lyria
    "A quelques minutes du centre de Genève, le quartier du vieux Carouge est l’un des plus prisés de la région, par les touristes comme par les locaux.Toute l’année, les visiteurs flânent dans les ruelles bohèmes et colorées du vieux Carouge, à la recherche d’un restaurant, d’une antiquité, d’une œuvre architecturale ou simplement d’une respiration...
    Voici cinq infos essentielles à connaître avant de vous immerger, à votre tour, dans le vieux Carouge :
    • Le vieux Carouge : cité des artisans...
    • Un quartier qui regorge d’œuvres d’art...
    • Cafés, restaurants, marchés : le paradis des gourmands...
    • L’endroit rêvé pour faire du shopping...
    • A Carouge, l’un des plus prestigieux carillons Suisse...".
  • Vieux Carouge - schweizmobil.ch
    « Flânez au cœur de la cité sarde. Cette charmante petite ville, détachée géographiquement de Genève par le cours de l’Arve, est un exemple unique en Europe d’urbanisme postmédiéval... ».

[6LA PRAILLE :

[7LES PORTS FRANCS ET ENTREPÔTS DE GENÈVE :

[9LE STADE DE GENEVE :

  • Stade de Genève - Le stade des genevois
  • Stade de Genève — Wikipédia
    « Le stade de Genève (également surnommé stade de la Praille pour sa situation dans ce quartier) est le principal stade du canton de Genève en Suisse. Sa capacité est de 30 000 places et il dispose de 27 loges VIP. C’est le troisième stade du pays en termes de capacité après le Parc Saint-Jacques à Bâle (38 512 places) et le Stade de Suisse de Berne (31 783 places). »
  • Stade de Genève

[10LA ZONE INDUSTRIELLE DE LA PRAILLE :

  • La Praille, cœur de ville
    « Urbanisation, Partir ou rester ? Les entreprises de la zone industrielle font face à l’avancée de la ville. Cette dernière, pourtant, a bien besoin d’elles. »
  • Quel scénario pour la Zone Industrielle de la Praille
  • Les zones industrielles
    "Le Canton de Genève compte 68 zones industrielles, regroupées en 44 parcs, situés sur 6 régions, accueillant des entreprises actives dans plus de 500 secteurs économiques. Représentative du dynamisme de l’économie genevoise, cette diversité est également source de défis multiples en matière d’aménagement et de gestion.
    Dans ce contexte, les zones industrielles d’hier se transforment aujourd’hui en écoParcs industriels. A terme, l’objectif est d’assurer cette transition sur l’ensemble du territoire, permettant une meilleure collaboration interentreprises et une gestion concertée des ressources selon les principes du développement durable.
    Notre plateforme accompagne ce processus en servant d’outil d’information et découverte des différentes zones industrielles du canton, établissant des liens concrets entre les différents acteurs présents.
    ".
  • Genève La Praille-GE 02
    « PNR 54 - Programme national de recherche - Développement durable de l’environnement construit - Potentiel de densification des friches ferroviaires »
  • Tourbillon, un géant prêt à croquer dans la Praille
    Un énorme complexe industriel sort de terre à Plan-les-Ouates. Il tente de séduire les entreprises de la Praille

[11MIXITE SOCIALE / MIXITE FONCTIONNELLE

Mixité sociale Source : Mixité sociale (Wikipédia)
La mixité sociale consiste, en une zone géographique donnée, en ce que des personnes issues de milieux sociaux différents se côtoient, ou cohabitent. La mixité sociale engendre des quartiers hétérogènes peuplés d’habitants distincts par leurs revenus ou leurs origines. Le brassage social est facilité par les législations, mais aussi par les acteurs sociaux comme les politiques, ou les associations. Les acteurs économiques, et notamment les entreprises, jouent aussi un rôle en termes de mixité par leur politique de recrutement de main-d’œuvre. À l’inverse, les quartiers homogènes regroupent une classe sociale, ou une communauté précise.

Mixité fonctionnelle Source : Fonction urbaine (Wikipédia)
On parle de mixité fonctionnelle dans un quartier, un lotissement ou un immeuble, lorsque plusieurs fonctions (ex : habitation, commerce, sociale, culturelle, loisir, sportive, en centre-ville) y sont représentées. Selon le degré de mixité, on parle de mixité fine ou grossière.

La mixité fonctionnelle est considérée comme un but urbanistique qui s’oppose au découpage du territoire en zones fonctionnellement différenciées (zoning) qui a caractérisé la planification urbaine de l’après-guerre. Elle est vue comme un élément important d’une « ville des courtes distances » (qui favorise les transports doux) pour un développement urbain durable.

Plutôt que de créer des zones dortoirs et des zones d’activités séparées, ce qui augmente les distances à parcourir pour aller d’une fonction à une autre et encourage l’usage de la voiture, l’objectif de mixité fonctionnelle serait par exemple dans un quartier de rapprocher les différentes fonctions des habitants de façon que les fonctions utilisées le plus fréquemment soient accessibles à pied ou à vélo à partir de la plupart des habitations.

Un obstacle à certaines mixités fonctionnelles est l’incompatibilité de certaines fonctions entre elles, en général lorsque des nuisances engendrées par certaines fonctions ne sont pas ou peu tolérées par d’autres. Par exemple, une activité industrielle qui est trop polluante ou qui produit trop de nuisances sonores est peu compatible avec la proximité d’habitations.

[12FONTAINES DES TOURS DE CAROUGE : TOUR DE PLAGE

  • Tour de plage - Ville de Carouge
    « Du 30 juin au 26 août 2018, les Tours de Carouge prennent un air de plage !
    Nous vous accueillons du jeudi au dimanche de 14h à 19h. Du matériel de plage (parasols, chaises longues, tables) vous sera mis à disposition gratuitement contre bon soin, des animations gratuites vous seront proposées du vendredi au dimanche
    . »
    Extrait du programme :
    • Vendredi : De 15h à 18h : le Bazar des Bricolages
    • Samedi : Les jeux en bois
    • Dimanche : Baby cars pour les 0-4 ans
  • Tous à l’eau au Tour de Plage 2016 - Les petits Genevois
    Où ? Fontaines des Tours, Av. Vibert 10-18.
    Quand ? 14h à 19h ou 22h chaque vendredi, samedi et dimanche, du 2 juillet au 28 août.
    « En plus de l’habituelle baignade dans les fontaines, chaque fin de semaine, des animations sont prévues. Pour les plus petits, il y aura, en vrac : bricolages, jeux géants en bois, baby cars, ateliers lecture ou encore vélos rigolos. Et pour tous, concerts, danses et autres bals musette pour se trémousser et chanter. »
  • Tour de Plage, piscines aux Tours de Carouge
    Date(s) – sam 27 Juin 2015 – dim 23 Août 2015, 14 h 00 min – 20 h 00 min.
    « Les Fontaines de Carouge se muent l’été en piscine éphémère où les petits peuvent se baigner. Des chaises longues, parasols et jeux d’eau sont mis gratuitement à disposition. Il y aura aussi des animations comme trampolines, pétanques et clowns, des concerts live les vendredis soirs et des initiations de danse en journée les samedis & dimanches. »
  • L’été, la fontaine prend des allures de piscine (www.tdg.ch)
    Par Aurélie Toninato, 10.08.2012

[14« Projet de Yannick débuté le 26 novembre 2015, qui a demandé des centaines d’heures de travail. 14 944 pages au total, mais 2 081 bâtiments traités aujourd’hui. Il est un passionné de Genève et il cherchait avant tout à ranger ses photos dans une structure cohérente, voilà où il en est après plus de deux ans de travail amateur. Toute contribution est la bienvenue. Il y a aujourd’hui 5700 adresses traitées à Genève (mise à jour en octobre 2018) ».